Close

Une once de poésie pour les brutes

Le poison et le feu


En Niflheim le cadavre des parjures

Est pour lui une exquise nourriture.

L’aigle Hræsvelg est son intime ennemi.

De la troisième racine, Nidhögg se nourrit.

Il est de l’Arbre le bourreau

Car le venin qui s’écoule de ses crocs

S’apprête à empoisonner Yggdrasil.




De la flamme la plus dévorante,

Des ombres les plus étouffantes,

Surgissant par delà le ciel,

Surt mène les fils de Muspell.

Sous ses pas le Bifrost s’écroule.

Son épée d’où le soleil s’écoule

S’apprête à calciner Yggdrasil.

Poison and Fire


In Niflheim, the traitors’ bodies,

Are an exquisite delicacy.

The eagle Hræsvelg is his enemy.

On the third root Nidhögg feeds,

Torturing the world tree.

The venom contained in his teeth,

Will soon poison Yggdrasil.




With the flame most devouring,

With the shadow most stifling,

Bolting from beyond the sun

Surt leads to war Muspell’s children.

His steps make the Bifrost collapse,

His sword the world tree entraps,

Soon reducing to ash Yggdrasil.

0 Comments

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *